J’ENTENDS PARLER D’EUX

Le soleil en allant vers vous
Rougit le ciel dans nos parages
Laisse des traces sur nos pages
Le soleil en allant vers vous
Nous laisse un froid de pierre fendre
La nuit pleuvoir comme une cendre

Sur le tranchant de l’horizon
Où je me frotte je prends feu
Quelquefois j’entends parler d’eux
Sur le tranchant de l’horizon
Où meurent les divinités
Le jour mendie sa liberté

Je sais les chansons parlent bas
Vaudrait-il mieux battre tambour
Les passants ont le sommeil lourd
Je sais les chansons parlent bas
Le livre où sont les poésies
Comme un papillon se déplie

Je sais dans la forêt des mots
Les longs serpents et les vipères
S’imaginent dans les fougères
Je sais dans la forêt des mots
Cachées dans les littératures
Mes jambes sont bleues de morsures

Je sais je parle sans connaître
Tout a l’odeur du bois qui brûle
D’un feu de bois d’un feu de rue
Je sais je parle sans connaître
Mais dans mes poches mes doigts bougent
Des livres aux écorces rouges